Archive for the 'Montreuil' Category

La Montreuilloise parle

Eh bien voilà.
Le déconfinement à peine décrété, la vie et son cortège de saloperies reprend ses droits..

J’ai la confirmation aujourd’hui que la brasserie est expulsée de ses locaux au 31 juillet prochain.

Nous avions appris cela quelques semaines avant le début de la crise sanitaire. L’explication mériterait un livre entier, mais se résume à quelques mots : fric, projets bidons, fric.

Evidemment, impossible de chercher un local dans la période et malgré notre récente demande de délai, le propriétaire l’EPFIF (machin de l’Etat pour faire marcher les bulldozers à chasser les pauvres) ne veut rien savoir.

Les semaines à venir vont être compliquées pour la brasserie. Continuer à répondre aux demandes qui n’ont jamais été si nombreuses tout en imaginant la suite.

Nous continuons à chercher un local, avec un beau projet collectif dont nous parlerons très bientôt et si cela n’aboutit pas, ce sera bye bye Montreuil…

Si vous avez des idées, envie de filer un coup de main, de gueuler avec nous…

Jérôme de la brasserie

FRANCE-ECONOMY-BANK

Patrick nous fait partager son amour de l’horticulture à Montreuil.

Le film cliquer ici.photo bouillon patrick mars 2016 17a

« Connaissance des soins aux pêchers »

1er Mars, parcelle de l ‘association des murs à pêches, au fond de l’impasse Gobétue.

IMG_20200121_135741_01(1)

Portrait de Barbara par Géraldine Millot ® 2015
Journées du patrimoine

Barbara et Julien
Qui s’occupe du suivi des pêchers du verger historique à MAP
Proposent un atelier « connaissance des soins aux pêchers » :
comment planter vos arbres, nourrir la terre, tailler vos arbres ?
Quelle variété choisir ?
Quel porte-greffe ?
Comment reconnaître les bourgeons du pêcher?
Comment distinguer un arbre vigoureux ?
Que faire si mon arbre ne donne pas de fruits, ou fait trop de bois .
Comment traiter, et quand ?
Venez avec vos questions, on a des éléments de réponse.
MAP 14h30 le 1er mars 2020.
Possibilité d’être à l’abri au café social en cas intempérie.

Fédération des Murs à Pêches

La fédération des murs à pêches vient de publier sur son site

190117legrandparis-decoupantlesmursPacte pour l’avenir des murs à pêches

En amont des élections municipales des 15 et 22 mars 2020, la Fédération des Murs à Pêches interpelle les candidat.e.s qui se présentent à la mairie de Montreuil et leur propose un pacte pour l’avenir des Murs à Pêches.

Des associations œuvrent depuis 25 ans à la défense, l’entretien et la mise en valeur de ce lieu patrimonial. 15 d’entre elles sont aujourd’hui regroupées en une fédération. Elles gèrent des vergers, des jardins à l’ancienne, des jardins partagés, un théâtre de verdure… Autant d’espaces où se développent des activités pour enfants, jeunes et adultes, familles, retraité.e.s, qui contribuent à rendre ce lieu attractif à travers de nombreux événements et de fréquentes visites.

Le Festival des Murs à Pêches, organisé depuis 19 ans par ces associations, est devenu un des événements majeurs dans la ville de Montreuil et accueille chaque année un public de plus en plus nombreux (plus de 15 000 personnes en 2019).

Nous voulons préserver ce lieu unique en région parisienne et le protéger contre les divers projets d’urbanisation comme celui, dernièrement, de vente de deux hectares de jardins et de friches à Bouygues Immobilier afin de réhabiliter l’ancienne usine EIF et construire 83 logements.

En Ile-de-France, nous assistons à l’accélération de projets immobiliers malgré des centaines de milliers de logements vacants. Cette urbanisation croissante va dans le sens contraire des préconisations du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat). Celui-ci demande de préserver au maximum les espaces verts et d’en aménager de nouveaux afin de garder des îlots de fraîcheur dans les villes surchauffées, d’arrêter cette croissance exponentielle et cette bétonisation qui s’exercent au détriment du climat.

Nous voulons que vous considériez les Murs à Pêches comme l’espace unique et remarquable qu’il représente. Il peut être transformé en un grand espace commun et partagé, un réservoir de biodiversité en ville pour assurer l’accès à la nature, à la culture et aux loisirs des habitant.e.s. Cet espace est également l’identité de la ville et un signe tangible de son histoire. Il représente donc un élément incontournable pour les Montreuillois.es.

La Fédération n’a cessé d’interpeller la municipalité et les acteurs et actrices de la vie locale quant aux problématiques et au potentiel de développement des Murs à Pêches. Si la ville de Montreuil nous a globalement soutenu.e.s dans nos projets associatifs et n’a jamais cessé de donner des subventions annuelles – même minimes – pour participer à la préservation de ce patrimoine, nous n’acceptons plus que le sujet des Murs à Pêches soit compartimenté : un jour à un sujet de vie associative, un autre au développement économique, ou encore aux questions de nature en ville. Par cette attitude, la municipalité actuelle, qui dit soutenir la préservation des Murs à Pêches, s’est permise de ne jamais répondre à la pétition que nous avions initiée contre le projet EIF, et qui a pourtant été signée par 9 000 habitant.e.s.

à l’heure du réchauffement climatique et des catastrophes auxquelles nous devons nous préparer, nous savons que rien ne sera plus jamais comme avant. Nous avons désormais besoin d’unir nos forces et de penser un projet d’intérêt général global pour ce site qui peut structurer la transition écologique de Montreuil. C’est pourquoi, nous invitons les candidat.e.s aux municipales de Montreuil à se positionner et à défendre les 5 mesures du Pacte pour l’Avenir des Murs à Pêches que propose la Fédération des Murs à Pêches. Nous attendons leurs réponses et les publierons d’ici le 1er mars 2020.

carte-1930-n11-st-antoine-stjust3

1] L’ABANDON DU PROJET EIF et l’engagement d’un véritable travail de co-construction, avec les associations de l’usine et les acteurs et actrices du site, d’un autre projet, respectueux du paysage et du caractère public du site.

2] PROTéGER LES SOLS ET LES ESPACES NON BATIS du quartier en modifiant les documents d’urbanisme.

3] RECONNAÎTRE ET INSTITUTIONNALISER LA CO-GESTION AVEC LES ASSOCIATIONS ET LES HABITANT.E.S DU QUARTIER en créant enfin une véritable structure de gouvernance démocratique (GIP, ECCE, Comité, Conseil…) et en dotant les Murs à Pêches d’une STRUCTURE JURIDIQUE apte à concevoir et à gérer un PROJET GLOBAL garant de la pérennité d’un site actuellement soumis aux aléas des politiques locales.

4] S’ENGAGER SUR UNE VÉRITABLE TRANSPARENCE CONCERNANT LA POLLUTION DU SITE EIF ET SUR LES TRAVAUX DE DÉPOLLUTION en mandatant des études d’impacts (avec expertise et contre-expertise) qui associent les habitant.e.s et les associations du quartier dans leurs instances de pilotage et en organisant des réunions d’information publiques régulières.

5] S’ENGAGER DANS UNE DÉMARCHE (juridique, démocratique et urbanistique) INNOVANTE POUR FAIRE DES MURS À PÊCHES LE(S) COMMUN(S) DU MONTREUIL DE DEMAIN ET UN LABORATOIRE à ciel ouvert D’EXPÉRIENCES ÉCOLOGIQUES, CULTURELLES, SOCIALES ET SOLIDAIRES !

EIF-01

 

C’est le temps des campagnes municipales

Chers amis, chers lecteurs, depuis longtemps les murs à pêches et l’Association ont pris part aux débats des élections municipales, nous accueillerons, débattrons et proposerons à tous les candidats qui nous le demanderont.IMG_3647

1er Rendez-vous ce vendredi à Romainville ICI nous sommes invités à participer à « Écologie Urbaine et Populaire, Est-ce réellement possible? » par Vincent Pruvost tête de liste de Romainville à vivre.

Pourquoi? Parce-que nous nous sommes battus ensemble pour essayer de sauvegarder la forêt de la Corniche des Forts à Romainville, où la Région, Est ensemble et la Municipalité de Romainville ont trouvé le moyen d’abattre plus de 1000 arbres d’une forêt primaire, ayant poussé spontanément sur une ancienne carrière de gypse, puis d’injecter pour des millions d’euros un coulis de ciment afin de créer La Prairie la plus chère du monde!

Vincent, nous disons Vincent, car c’est un ami, a aussi participé au dernier Festival des murs à pêches avec son association Romainville-sud qui se bat contre les pollutions industrielles de Romainville Ici Les mêmes polluants industriels que ceux sur la parcelle d’EIF vendue à Bouygues, où la municipalité de Montreuil, la Région et l’État veulent lotir ce site à tout prix.

Samedi à 10h, nous l’association murs à pêches, nous recevons le collectif Montreuil 2020 La Ville en Commun Ici,le RDV est à 10h sur les parcelles de l’association au fond de l’impasse Gobetue, vous êtes cordialement invités, contact Pascal 06 98 95 88 57, nous ferons un tour dans le site des murs à pêches, puis nous irons réfléchir, débattre, proposer pour le présent et l’avenir du site. Dans ce collectif figurent plusieurs membres du groupe Alternative Écologiste à Montreuil ayant participé au dernier exécutif municipal qui ont pris des positions constructives. Vous pouvez les retrouver ci-dessous.

https://montreuilecolo.eelv.fr/soutien-a-la-federation-des-murs-a-peches-intervention-de-claire-compain-cm-du-26-06-19/

Formation à l’Agriculture Naturelle

Nos amis de Sens de l’Humus nous informe d’une nouvelle session de formation sur deux jours destinée aux jardiniers amateurs ou avertis, et aux maraîchers curieux.  Samedi 21 décembre et dimanche 22 décembre 2019.

ici les informations 

sens de l humus travail

Les Murs à Pêches, cités en conseil de défense écologique! Les propositions et les questions de la Fédération des Murs à Pêches*

1573832525.jpg

Lors du précédent conseil de défense écologique, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé la fin du projet EuropaCity et un vaste plan de lutte contre l’artificialisation des terres et la renaturation. Nous la félicitons pour cette initiative. Solidaire de la lutte contre le projet EuropaCity, la Fédération des Murs à Pêches s’associe à la proposition du projet CARMA, une Coopérative pour une ambition Agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir, véritable alternative à l’urbanisation du Triangle de Gonesse.

Dans la suite de cette décision, la ministre indique un vaste plan d’utilisation des friches urbaines, afin de ne plus artificialiser de nouvelles terres ou de renaturer des espaces inaccessibles. Un projet d’un hectare est mentionné dans les Murs à Pêches.

Selon toutes vraisemblances, il s’agit du projet dit EIF, projet qui concerne la cession d’une parcelle publique (appartenant à l’Etat, à la Région Ile De France via l’EPFIF, au Département de Seine Saint-Denis et à la Ville de Montreuil) à un promoteur privé. Ce projet concerne aussi la “dépollution” d’une

parcelle d’un hectare, la requalification d’une ancienne usine, la création d’un jardin partagé, et la construction de bureaux et de logements sur des parcelles du quartier des Murs à Pêches, en limite du site classé paysage par le ministère de l’environnement.

Dans ce cadre, nous demandons des clarifications à la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Madame Elisabeth Borne, s’il s’agit du projet EIF, comment pouvez-vous qualifier ce projet d’expérimentation de lutte contre l’artificialisation des terres? Quand nous souhaitons la renaturation de ce site, la filiale de Bouygue qui a remporté l’appel à projet du Grand Paris, propose la construction de logements dans les Murs à Pêches. Qu’en est-il ?

La Seine Saint-Denis, vicitme de pollution industrielle répétée, a fait les frais de mésaventures dans le traitement de ce type de site. Un rapport récent concernant la pollution présente dans les sols existe. Nous devrions l’avoir dans nos mains. Nous apprenons que les résidents de l’usine EIF (principalement des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire) sont fermement invités à quitter prochainement les lieux. Pour quelle raison? Doivent-ils partir à cause des travaux de dépollution qui pourraient être dangereux, et est-ce que cette dépollution ne risque pas de contaminer le quartier entier? Aux dernières nouvelles, la préfecture avait demandé une étude environnementale d’impact avant d’engager des travaux. Qu’en est-il ?

 

Le pire serait que cette stratégie de l’Etat, qui a pour objectif de préserver les sols de l’étalement urbain, soit dévoyée pour financer des projets immobiliers destructeurs, ou pire encore, financer par l’argent public des travaux de dépollution qui devraient être à la charge des acteurs privés concernés. Et il semble malheureusement que le projet EIF entre dans ces deux cas de dévoiement possible !

La Fédération des Murs à Pêches rappelle son désir de construire un projet alternatif qui préserve la pleine terre et fasse la promotion de la nature en ville, au profit de tous!

Nous luttons contre toute artificialisation des terres ainsi que contre la privatisation de notre patrimoine naturel et historique. Nous appelons de nos voeux la dépollution et la renaturation du site, mais cela ne doit pas se faire au prix de la destruction de Murs à Pêches ou d’espaces naturels.

Les Murs à Pêches sont nos Communs à Montreuil, inventons un mode de gestion innovant, qui mette à la même table les associations de défense du site, les habitants du quartier, les usagers du lieu, les collectivités et institutions publiques propriétaires de ce site exceptionnel.

Il est nécessaire que la ministre de la Transition écologique et solidaire constitue un comité de pilotage associant région, département, ville, habitants, usagers et associations, pour la gestion du projet EIF et l’avenir du site classé des murs à pêches.

Contact presse:

Fédération des Murs à Pêches – federationmursapeches@gmail.com

Pascal Mage – 06 98 95 88 57

 

* La fédération des Murs à pêches réunit 15 associations actives sur le site. Son objet principal est de promouvoir, développer et préserver le site dans son intégralité.

 

Pour un aperçu de l’historique de cette lutte, le communiqué de presse de 2018 est consultable ici