Agenda 14/08 au 16/08

Du Vendredi 14 au Dimanche 16

Un chantier participatif de réparation des toilettes compost est prévu sur trois jours, matinées et après-midis autour de l’amélioration du système déjà existant avec comme partenaires les Gandousiers sur la fin du chantier. Rendez-vous au 61 rue Pierre de Montreuil pour celles et ceux qui sont intéressés/es

Vendredi 14 Août

Atelier de photo naturaliste avec l’association le sens de l’humus entre 14h et 16h au parc des Guillaumes

Atelier d’observation des insectes avec l’association le sens de l’humus entre 14h et 16h au parc de Guillaumes

Dimanches 16 Août

Ouverture des jardins et parcelles dans l’impasse Gobétue de 14h30 à 17h30

Un brin d’horticulture à l’historienne

Photo des murs à pêches début du XXème siècle

L’historienne Monique Chastanet présente à travers un article bilingue un aperçu de l’histoire horticole des murs à pêches et ses acteurs sur plusieurs siècle en citant de nombreux ouvrages d’horticulture qui aborde les techniques appliquées aux murs à pêches. Ci dessous le PDF de l’article complet :

Chasse au trésor

EPSON MFP image

La chasse au trésor est à destination d’un public très large, crée initialement pour les familles proches des maps mais qui ne sont pas familières des lieux

Du lundi au samedi entre 16h et 18H, gratuites les inscriptions se font sur demande au 0749050145. Il y a également la possibilité d’avoir d’autres créneaux ; Nous recommandons aux enfants les plus jeunes d’être accompagnés par des adultes prêts à participer. Un groupe de 10 maximum souhaité et 5 minimum (accompagnateurs/rices comptés/ées).  Au préalable prévoir une paire de chaussures fermées et pantalons (ronces ; orties) ainsi qu’une bouteille d’eau. Les murs à pêches sont un lieu de verdure idéal en période estivale pour la découverte ludique de diverses plantes !

P.S : possibilité de repartir avec une surprise

Compte Rendu Chantier Juillet 2020

Du 6 au 18 juillet 2020 s’est déroulé le chantier annuel de restauration des Murs à Pêches. Il a été organisé conjointement par l’association MAP et Rempart Idf. 

Mur avant sa réhabilitation

Le chantier s’est déroulé sur la parcelle de l’association MAP avec la participation de 12 bénévoles au total, pour une partie des bénévoles ce chantier s’inscrivait dans le cadre d’un stage obligatoire lié à leur parcours d’étude d’architecture et d’ingénieurie. Deux bénévoles sont fonctionnaire dans l’enseignement. Trois bénévoles nous venaient de la régie de quartier et trois autres de l’association Enfants Venus d’ailleurs . La situation sanitaire actuelle ayant rendu compliqué l’hébergement, seule une des participantes venait de province et a pu être accueillie.

Deux bénévoles construisent un mur miniature

Avant de débuter le chantier de restauration, les bénévoles ont été assisté à une présentation du lieu et de l’histoire des murs à pêches comme outils de travail.

Durant la session du chantier, une visite de la parcelle du sens de l’humus a été organisée pour permettre leur permettre d’aller à la rencontre des bénévoles. La vie du chantier a été ponctuée par la visite de plusieurs personnes, notamment par des réalisatrices, des officiels, des photographes, des curieux.

En dehors des horaires du chantier, deux sorties leurs ont été proposées : la visité du château de Vincennes et le parc floral ; et une visite guidée du musée du Quai Branly. L’aventure s’est terminée par un atelier pizzas organisé par Joseph, un de leur encadrant technique.

A gauche le four artisanal des murs à pêches

Le chantier se concentre sur deux murs à palisser et un chaperon sur un de ces deux murs.

Lancement de plâtre sur le mur

La phase de préparation du chantier a consisté à créer les différents espaces de travail, dont monture d’un échafaudage, récupérer les matériaux de construction, casser de la pierre pour constituer un nouveau plâtre, etc…

Les bénévoles ont eu l’occasion de mettre en œuvre plusieurs techniques de maçonnerie traditionnelle qui n’existe qu’aux murs à pêches.

Préparation du mélange plâtre/eau

La dernière étape ayant étant le coulage du chaperon a été la plus fastidieuse

PENDANT 

Différents bénévoles se succèdent sur l’échafauds pour faire glisser le coffrage

AVANT

 Les bénévoles ont également participé chaque jour à la préparation des repas dans la cuisine autonome au coeur des murs à pêches. Grand moment de partage et convivialité :

Le groupe réuni autour d’un repas

Trois journées solidaires sont prévues : 16, 17, 18 juin.

Ci-après le message de la Fédération des Murs à Pêches
L’entreprise Lebeau, marchand de bois de construction implantée aux murs à pêches de longue date, a été victime d’un grave incendie début juin. La majeure partie du bois entreposé rue Saint-Antoine a été détruite par les flammes, c’est une véritable catastrophe pour Monsieur Lebeau.
Aujourd’hui un chantier immense l’attend : il s’agit de trier le bois restant, définir ce qui peut être sauvé et nettoyer la parcelle. Le travail à accomplir est colossal.

P_20200601_043856

 Il s’agira de s’unir pour trier sur palette le bois qui a brûlé entre  : 

le bois valorisable par la société Lebeau / le bois « récupérable » / les morceaux calcinés difficiles à retravailler mais pouvant intéresser quelques personnes / et enfin le charbon de bois.
M.Lebeau sera là pour indiquer sur quelle palette ranger le bois. Ainsi, pas besoin d’être connaisseur pour aider, toute personne supplémentaire fera la différence  !
 
Vous pouvez venir aider, ne serait-ce que quelques heures. Plus on sera nombreux-ses plus ce sera facile. Vous pouvez signaler par mail si vous êtes disponible à : federationmursapeches@gmail.com.
 
Les coups de main spontanés sont également bienvenus, à tout moment, entre 8 heures et 18 heures.
RV au 54 rue Saint Antoine. Venez avec des chaussures fermées, une tenue ne craignant pas d’être noircie, et des gants si vous en avez (des gants seront également disponibles sur place).

dossier Eif : Dépollution, quels enjeux ?

Montreuil, quartier des murs à pêches, 21 juin 2020

 

   Un rassemblement organisé par Restes Ensemble a eu lieu le 24 juin à 18h devant la mairie pour interpeller les consciences des élu(e)s sur le manque de transparence pour ce dossier. Ci joint la demande d’interruption du conseil pour plus d’informations. Lettre aux elu(e)s

2nd Rassemblement de Restes Ensemble

IMG_0794Mercredi 24 juin, devant la mairie de Montreuil, se tenait un second rassemblement pour éveiller les consciences sur les dangers du projet de dépollution du site EIF. Les revendications des riverains étaient simples : « L’association de riverains et riveraines Restes Ensemble se mobilise afin […] d’obtenir de ceux-ci une réponse à nos questionnements concernant les risques sanitaires liés au projet de réaménagement de l’ancienne usine EIF au sein du site des Murs à Pêches. »

À la date du 31 juillet, toutes les associations et activités ayant lieu sur le site se voient expulsées pour entamer la dépollution du site de l’ancienne blanchisserie EIF, qui est pourtant largement contestée. Le rassemblement a donné lieu à une prise de parole de citoyens, dont plusieurs s’indignent du manque d’informations et de l’expulsion imminente du résident angel qui loge sur le site de l’usine pour une durée temporaire

 

IMG_0807Un intervenant dénonce l’inaction de l’ARS (agence régional de santé) qui suit les décisions du préfet et ne se préoccupe pas suffisamment du danger encouru par les riverains du site. À Romainville sud, une « dépollution » a déjà fait ses dégâts. Sur cette pancarte, on peut lire des mots qui font référence aux nombreux cas de cancers de seins constatés chez les femmes résidents autour de la zone concernée. Une résidente, déclare même être la dernière femme de sa rue à qui il reste ses deux seins.

 

IMG_0802

 

 Étaient présents également des représentants du groupe militant extinction rebellion en soutien aux MAP,  qui réclament au maire de montreuil de suivre ses engagements liés à la signature pour l’URGENCE ClIMATIQUE

 

Le rassemblement a vu des représentants de la corniche du fort, de romainville sud, des gilets jaunes, d’alimentation pour tous; aux côtés de Restes ensembles

Chantier rempart juillet 2020

Chantier en Ile-de-France-  Murs à pêches, Montreuil du 6 au 19 juillet

IMG_4346

Lundi 6 juillet, débutera le chantier annuel bénévole des Murs à pêches. Ce chantier, organisé par les Murs à Pêches, membre de Rempart, vous permettra de découvrir le passé arboricole de la région autour de la culture fruitière. La restauration de ces murs à palisser permettra la continuation de la culture des pêchers; des grosses mignonnes, tétons de venus, Amsden, noire de Montreuil.

Ces lieux, situés au cœur de la ville de Montreuil, constituent un site mémorable du patrimoine montreuillois, aussi il parait important de s’appliquer à les entretenir année après année.

IMG_0745

Début d’enduit sur une partie d’un mur en cours de restauration, juin 2020

Les travaux qui se dérouleront sur la parcelle de MAP, sont ouvert à toutes et à tous. Ils seront animés par trois encadrant/es techniques. Les participants seront initiés aux techniques de la maçonnerie traditionnelle et des enduits au plâtre. Ils auront également accès à une cuisine d’extérieure, sur une parcelle annexe.

En outre, seront mises en place deux sorties culturelles, éventuellement au musée du Quai branly, pour aller à la rencontre de savoirs faire extra-européens. D’autre part, des associations de la fédération des murs à pêches, très dynamiques, vous feront découvrir leurs activités et vous proposeront des animations sur le site des murs à pêches.

À bientôt,

L’équipe encadrante du chantier.

 

Pour plus d’informations contacter le responsable :

Nom : Pascal Mage
Téléphone : 06 98 95 88 57
Email : info@mursapeches.org

 

Appel au rassemblement 24 juin de l’association Restes Ensemble

Au dessous de ce billet plus d’informations.
AFFICHE 24 JUIN verso (1)

AFFICHE 24 JUIN recto (2)

Vous trouverez ci-joint les documents relatant des revendications de l’association Restes Ensemble aux différents acteurs de la région et la demande initiale du préfet de région :

Lettre de Restes Ensemble au Maire

Lettre de Restes Ensemble au préfet

Demande d’une étude d’impact sur le site EIF par le préfet region

 

 

 

Construction four à plâtre

 

      Il y a quelques années, en 2005,  Ivan Lafarge s’essayait à des cuissons de plâtre sur la parcelle des MAP.

Une expérience de cuisson du gypse sur les parcelles des murs à pêches (Montreuil, 93) les 16 et 17 juin 2005.

      Nos amis Remi Paquentin et Joseph Arancio lui succédaient en 2015. L’aventure se poursuit en 2020 avec la construction d’un four à plâtre que nous aurons le plaisir de voir s’élever très prochainement au côté des Pierres de Montreuil.

Montreuil_Car_11-me

photographie de fours à plâtre, Montreuil-sous-bois, non datée

Un article, paru dans le Figaro du 29 mai présente cette belle initiative et l’histoire du plâtre de Paris. ( Vous pouvez cliquer dessus pour sa lecture complété)

« C’est notamment le cas des Murs à Pêches de Montreuil, ouvrage horticole qui s’étendait jadis sur tout l’Est parisien, et dont les fruits étaient prisés à la table du roi. Avec leurs dix-sept kilomètres de long – sur six cents au total autrefois, sous forme de petits enclos – et leurs deux mètres cinquante de haut, ces murs offrent une quantité considérable de «gravois», déchets de plâtre qu’il serait possible de réemployer à leur rénovation. Surtout, l’édification de ce four se veut une expérience humaine croisant culture, insertion et formation. Ces derniers mois, une quinzaine de personnes, dont plusieurs jeunes éloignés de l’emploi, ont été formées à la restauration du bâti ancien et à la maçonnerie plâtrière, fort du soutien de plusieurs collectivités, dont la Ville de Montreuil, Est Ensemble et le Grand Paris, de l’Etat et de plusieurs partenaires privés, dont la Fondation du Patrimoine. Michael Watt, un philanthrope néo-zélandais, tombé par hasard sur un documentaire dédié aux Murs à Pêches, est venu prêter main forte de l’autre côté du monde. Pendant plusieurs semaines, au cours de l’été, les compagnons présents sur le chantier pourront apprendre en travaillant, puisant leurs sources dans des ouvrages du XVIIIe et du XIXe siècles pour mieux les mettre à l’épreuve. Ce four permettra de recuire des gravats demeurés sans usage. Le plâtre, en effet, est très facilement recyclable, et moins coûteux que le ciment, la brique ou la chaux puisqu’il nécessite une température minimale de 150 °C contre plus de 800 °C pour les autres, soit bien moins de combustibles. Renouer avec des méthodes ancestrales est parfois l’occasion de redécouvrir un bon sens occulté. L’innovation consiste aussi à savoir regarder derrière soi. Car même les traditions ont leur modernité. » »

 


Archives