Archive for the 'Biodiversité' Category

Formation : création d’une mare ou d’un bassin naturaliste

Toutes les informations sur le site de sens de l’humus.

Ici

mare

Les Murs à Pêches, cités en conseil de défense écologique! Les propositions et les questions de la Fédération des Murs à Pêches*

1573832525.jpg

Lors du précédent conseil de défense écologique, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé la fin du projet EuropaCity et un vaste plan de lutte contre l’artificialisation des terres et la renaturation. Nous la félicitons pour cette initiative. Solidaire de la lutte contre le projet EuropaCity, la Fédération des Murs à Pêches s’associe à la proposition du projet CARMA, une Coopérative pour une ambition Agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir, véritable alternative à l’urbanisation du Triangle de Gonesse.

Dans la suite de cette décision, la ministre indique un vaste plan d’utilisation des friches urbaines, afin de ne plus artificialiser de nouvelles terres ou de renaturer des espaces inaccessibles. Un projet d’un hectare est mentionné dans les Murs à Pêches.

Selon toutes vraisemblances, il s’agit du projet dit EIF, projet qui concerne la cession d’une parcelle publique (appartenant à l’Etat, à la Région Ile De France via l’EPFIF, au Département de Seine Saint-Denis et à la Ville de Montreuil) à un promoteur privé. Ce projet concerne aussi la “dépollution” d’une

parcelle d’un hectare, la requalification d’une ancienne usine, la création d’un jardin partagé, et la construction de bureaux et de logements sur des parcelles du quartier des Murs à Pêches, en limite du site classé paysage par le ministère de l’environnement.

Dans ce cadre, nous demandons des clarifications à la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Madame Elisabeth Borne, s’il s’agit du projet EIF, comment pouvez-vous qualifier ce projet d’expérimentation de lutte contre l’artificialisation des terres? Quand nous souhaitons la renaturation de ce site, la filiale de Bouygue qui a remporté l’appel à projet du Grand Paris, propose la construction de logements dans les Murs à Pêches. Qu’en est-il ?

La Seine Saint-Denis, vicitme de pollution industrielle répétée, a fait les frais de mésaventures dans le traitement de ce type de site. Un rapport récent concernant la pollution présente dans les sols existe. Nous devrions l’avoir dans nos mains. Nous apprenons que les résidents de l’usine EIF (principalement des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire) sont fermement invités à quitter prochainement les lieux. Pour quelle raison? Doivent-ils partir à cause des travaux de dépollution qui pourraient être dangereux, et est-ce que cette dépollution ne risque pas de contaminer le quartier entier? Aux dernières nouvelles, la préfecture avait demandé une étude environnementale d’impact avant d’engager des travaux. Qu’en est-il ?

 

Le pire serait que cette stratégie de l’Etat, qui a pour objectif de préserver les sols de l’étalement urbain, soit dévoyée pour financer des projets immobiliers destructeurs, ou pire encore, financer par l’argent public des travaux de dépollution qui devraient être à la charge des acteurs privés concernés. Et il semble malheureusement que le projet EIF entre dans ces deux cas de dévoiement possible !

La Fédération des Murs à Pêches rappelle son désir de construire un projet alternatif qui préserve la pleine terre et fasse la promotion de la nature en ville, au profit de tous!

Nous luttons contre toute artificialisation des terres ainsi que contre la privatisation de notre patrimoine naturel et historique. Nous appelons de nos voeux la dépollution et la renaturation du site, mais cela ne doit pas se faire au prix de la destruction de Murs à Pêches ou d’espaces naturels.

Les Murs à Pêches sont nos Communs à Montreuil, inventons un mode de gestion innovant, qui mette à la même table les associations de défense du site, les habitants du quartier, les usagers du lieu, les collectivités et institutions publiques propriétaires de ce site exceptionnel.

Il est nécessaire que la ministre de la Transition écologique et solidaire constitue un comité de pilotage associant région, département, ville, habitants, usagers et associations, pour la gestion du projet EIF et l’avenir du site classé des murs à pêches.

Contact presse:

Fédération des Murs à Pêches – federationmursapeches@gmail.com

Pascal Mage – 06 98 95 88 57

 

* La fédération des Murs à pêches réunit 15 associations actives sur le site. Son objet principal est de promouvoir, développer et préserver le site dans son intégralité.

 

Pour un aperçu de l’historique de cette lutte, le communiqué de presse de 2018 est consultable ici

Regard sur un jardin participatif

 

Un article pour mettre en valeur l’expérience riche de Stacey investie sur les murs à pêches mais pas que ! C’est elle qui avait réalisé la colombe en mousse (collé avec de la farine, de la bière et du yaourt), lors de la dernière édition du festival des murs à pêches.

Enseignante et responsable du département d’anglais à l’école d’ingénieur, Ecole des ponts et chaussées à Champ sur Marne, Stacey a été à l’initiative de la création d’un jardin au sein de l’école et y mène depuis plusieurs années des cours avec ses élèves.

Ce projet est née de sa réflexion sur l’alimentation et de ses liens avec les élèves. Environ 30% des étudiants viennent des quatre coins du monde. Ils sont dans une période d’autonomie où ils choisissent par eux-mêmes ce qu’ils mangent. Elle est convaincue que ce public par leur réflexion et leur alimentation actuelle et future peuvent influencer la société. En parallèle, il y a quatre ans, un nouvel immeuble s’est construit au niveau de l’école, Stacey a alors eu l’idée de la création d’un jardin. Le projet a été accepté comme « jardin invisible » avec comme contrainte qu’il soit beau et qu’ils trouvent eux-mêmes des financements. Ils ont trouvé des financements du côté de BDE, de l’école de design Paris Est.

Stacey a pu compter sur l’aide de bénévoles des murs à pêches : conseils, dons de graines, transport du fumier.

Actuellement, c’est le 4ème hiver du jardin. Il fait 150 m carrés : il y a des plantes aromatiques, des arbres fruitiers, des baies, des légumes, des composteurs (ils utilisent les marres de café de la cafétéria, expérimente le compostage en lasagne), une mini-marre…

« Quand les élèves mettent la main dans la Terre, c’est juste magique ! Par exemple, nous avons de la ciboulette chinoise et il y a pas mal d’élèves chinois, je vois presque une nostalgie en eux quand il voit ça ». Stacey parle de la dimension du partage, de la culture et du lien à travers les actions au jardin. « Les étrangers manquent parfois de liens collectifs en arrivant dans un nouveau pays et le jardin leur offre cet espace. Ça brasse beaucoup de personnes et les récoltes sont partagés entre tous ».

 

Stacey donne actuellement un cours sur le Design du Jardin, voici les différents projets des élèves en germination : travaille sur des ruches, délimitation des parcelles, idée d’un chemin géométrique et récole des eaux de pluie.

Voici son site, les photos sont magnifiques :Ici

Le jardin vient de recevoir deux prix : le premier prix des jardins fleuris de Champs sur Marne, catégorie école et la Fleur d’Argent du département Seine et Marne ! Bravo !

 

! Bonne année 2016 !

Chers amis des Murs à pêches,
En ce début d’année nous formulons des vœux pour que tous les jours à venir vous soient doux, sereins et teintés de poésie et vous invitons à renouveler votre 
adhésion 2016 à l’association en envoyant votre bulletin accompagné de votre chèque de 10 euros à l’ordre de:  « Association Murs à pêches »
Adresse : Fiora BLANGY – 8, rue Voltaire – 93100 Montreuil

En vous remerciant par avance pour votre soutien, nous avons le plaisir de vous faire partager ce très joli poème d’Anna de Noailles. Fiora, Secrétaire association MAP

 

renoir a l orangerie

Tableau de Renoir, visible au Musée de l’Orangerie à Paris

Le verger

 

Dans le jardin, sucré d’œillets et d’aromates,
Lorsque l’aube a mouillé le serpolet touffu,
Et que les lourds frelons, suspendus aux tomates,
Chancellent, de rosée et de sève pourvus,

Je viendrai, sous l’azur et la brume flottante,
Ivre du temps vivace et du jour retrouvé,
Mon coeur se dressera comme le coq qui chante
Insatiablement vers le soleil levé.

L’air chaud sera laiteux sur toute la verdure,
Sur l’effort généreux et prudent des semis,
Sur la salade vive et le buis des bordures,
Sur la cosse qui gonfle et qui s’ouvre à demi ;

La terre labourée où mûrissent les graines
Ondulera, joyeuse et douce, à petits flots,
Heureuse de sentir dans sa chair souterraine
Le destin de la vigne et du froment enclos.

Des brugnons roussiront sur leurs feuilles, collées
Au mur où le soleil s’écrase chaudement ;
La lumière emplira les étroites allées
Sur qui l’ombre des fleurs est comme un vêtement.

Un goût d’éclosion et de choses juteuses
Montera de la courge humide et du melon,
Midi fera flamber l’herbe silencieuse,
Le jour sera tranquille, inépuisable et long.

Et la maison, avec sa toiture d’ardoises,
Laissant sa porte sombre et ses volets ouverts,
Respirera l’odeur des coings et des framboises
Éparse lourdement autour des buissons verts ;

Mon cœur, indifférent et doux, aura la pente
Du feuillage flexible et plat des haricots
Sur qui l’eau de la nuit se dépose et serpente
Et coule sans troubler son rêve et son repos.

Je serai libre enfin de crainte et d’amertume,
Lasse comme un jardin sur lequel il a plu,
Calme comme l’étang qui luit dans l’aube et fume,
Je ne souffrirai plus, je ne penserai plus,

Je ne saurai plus rien des choses de ce monde,
Des peines de ma vie et de ma nation,
J’écouterai chanter dans mon âme profonde
L’harmonieuse paix des germinations.

Je n’aurai pas d’orgueil, et je serai pareille,
Dans ma candeur nouvelle et ma simplicité,
A mon frère le pampre et ma sœur la groseille
Qui sont la jouissance aimable de l’été,

Je serai si sensible et si jointe à la terre
Que je pourrai penser avoir connu la mort,
Et me mêler, vivante, au reposant mystère
Qui nourrit et fleurit les plantes par les corps.

Et ce sera très bon et très juste de croire
Que mes yeux ondoyants sont à ce lin pareils,
Et que mon cœur, ardent et lourd, est cette poire
Qui mûrit doucement sa pelure au soleil…

Anna de NOAILLES   (1876-1933)

Les Murs à Pêches à Montreuil : haut lieu de la biodiversité humaine

Vidéo en cliquant ici de la petite couronne tv

murs21

Pommiers en fleurs

IMG_0201[1]
Photographie Avril 2015

Soutenons le jardin du « Pouce Vert » !

Une adhérente jardinière nous informe de la fermeture du jardin partagé du « Pouce Verts », au Pré St Gervais.

« La mairie avait concédé une friche urbaine à l’association du »Pouce Vert » pour en faire un jardin partagé, elle vient de décider à présent, de fermer le jardin en mars prochain.
Le projet est de construire un bâtiment d’habitations et de commerces. Le jardin sera : au mieux fermé pour 2 ans (que fait-on des végétaux et de la biodiversité existante ?) et considérablement réduit, ou au pire détruit par les bulldozers !
Depuis 8 ans de nombreux bénévoles se sont activés pour faire naître ce jardin et l’entretenir. 600 scolaires y passent chaque année. L’association organise par ailleurs des journées Portes ouvertes, des animations pour le public. Ils récupèrent les épluchures de tous pour un compost ainsi que les sapins de Noël qui sont recyclés. Enfin le jardin est devenu l’habitat de toute une faune : oiseaux, insectes (un hôtel à insectes a été construit), batraciens (plan d’eau)… 2 ans de fermeture signifie la fin de ce projet qui faisait le plaisir de tous et qui constitue un rare poumon vert dans la commune. »
pouce vert

Pour aider le jardin partagé du « Pouce Vert », vous pouvez la pétition ci-joins et n’hésitez pas à la faire circuler ! Leur objectif est d’atteindre 1 000 signatures, ils ont besoin de soutien

Pour finir un peu de musique pour les amoureux du jardin :

24H00 pour la biodiversité en Seine Saint Denis

                                         INVITATION

 

Dimanche 29 mai 2011,  à l’ occasion des 24H00 pour la biodiversité en Seine Saint Denis

 

La friche dans les murs à pêches :  Balade animée par Olivier Tranchard, jardinier naturaliste

contribution à un inventaire des plantes sauvages de la friche de 10h à 13h

Une balade dans les murs à pêches où l’on abordera un peu de phytosociologie, de botanique, d’inventaire et de découverte de quelques usages des plantes.

Rendez-vous à la parcelle  de l’association des Murs à Pêches, impasse de Gobétue, niveau 23 rue Saint Just, 93100 Montreuil

Initiation à la macrophotographie de fleurs et d’insectes : Animée par Gérard Blondeau, photographe naturaliste

de 9h30 à 12h30

Présentation de différents boîtiers, des objectifs spécialisés et des accessoires nécessaires pour pratiquer la macro photographie, avantages et inconvénients de chacun.
Démonstration et parcours dans les jardins avec arrêts fréquents et conseils photographiques selon les sujets

Rendez-vous à la parcelle  de l’association des Murs à Pêches, impasse de Gobétue, niveau 23 rue Saint Just, 93100 Montreuil

Suite des 24 heures de la biodiversité sur les Murs à pêches

Alors on trouvé quoi dans les Murs à pêches?

Cliquer ci-dessous pour savoir des petites choses.

CR BALADE biodiversité 23 Mai 2010

Nicole Huvier

Pourquoi et comment protéger l’espace périurbain? Agriculture, paysage, biodiversité pour la ville durable

Publié initialement 12 février 2011

 

Voici, un dossier  très complet  d’une association dont le site est au cœur de Nevers.

Pourquoiproteger

Bonne lecture


Archives