Archive for the 'Projet d'aménagement' Category

Les Murs à Pêches, cités en conseil de défense écologique! Les propositions et les questions de la Fédération des Murs à Pêches*

1573832525.jpg

Lors du précédent conseil de défense écologique, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé la fin du projet EuropaCity et un vaste plan de lutte contre l’artificialisation des terres et la renaturation. Nous la félicitons pour cette initiative. Solidaire de la lutte contre le projet EuropaCity, la Fédération des Murs à Pêches s’associe à la proposition du projet CARMA, une Coopérative pour une ambition Agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir, véritable alternative à l’urbanisation du Triangle de Gonesse.

Dans la suite de cette décision, la ministre indique un vaste plan d’utilisation des friches urbaines, afin de ne plus artificialiser de nouvelles terres ou de renaturer des espaces inaccessibles. Un projet d’un hectare est mentionné dans les Murs à Pêches.

Selon toutes vraisemblances, il s’agit du projet dit EIF, projet qui concerne la cession d’une parcelle publique (appartenant à l’Etat, à la Région Ile De France via l’EPFIF, au Département de Seine Saint-Denis et à la Ville de Montreuil) à un promoteur privé. Ce projet concerne aussi la “dépollution” d’une

parcelle d’un hectare, la requalification d’une ancienne usine, la création d’un jardin partagé, et la construction de bureaux et de logements sur des parcelles du quartier des Murs à Pêches, en limite du site classé paysage par le ministère de l’environnement.

Dans ce cadre, nous demandons des clarifications à la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Madame Elisabeth Borne, s’il s’agit du projet EIF, comment pouvez-vous qualifier ce projet d’expérimentation de lutte contre l’artificialisation des terres? Quand nous souhaitons la renaturation de ce site, la filiale de Bouygue qui a remporté l’appel à projet du Grand Paris, propose la construction de logements dans les Murs à Pêches. Qu’en est-il ?

La Seine Saint-Denis, vicitme de pollution industrielle répétée, a fait les frais de mésaventures dans le traitement de ce type de site. Un rapport récent concernant la pollution présente dans les sols existe. Nous devrions l’avoir dans nos mains. Nous apprenons que les résidents de l’usine EIF (principalement des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire) sont fermement invités à quitter prochainement les lieux. Pour quelle raison? Doivent-ils partir à cause des travaux de dépollution qui pourraient être dangereux, et est-ce que cette dépollution ne risque pas de contaminer le quartier entier? Aux dernières nouvelles, la préfecture avait demandé une étude environnementale d’impact avant d’engager des travaux. Qu’en est-il ?

 

Le pire serait que cette stratégie de l’Etat, qui a pour objectif de préserver les sols de l’étalement urbain, soit dévoyée pour financer des projets immobiliers destructeurs, ou pire encore, financer par l’argent public des travaux de dépollution qui devraient être à la charge des acteurs privés concernés. Et il semble malheureusement que le projet EIF entre dans ces deux cas de dévoiement possible !

La Fédération des Murs à Pêches rappelle son désir de construire un projet alternatif qui préserve la pleine terre et fasse la promotion de la nature en ville, au profit de tous!

Nous luttons contre toute artificialisation des terres ainsi que contre la privatisation de notre patrimoine naturel et historique. Nous appelons de nos voeux la dépollution et la renaturation du site, mais cela ne doit pas se faire au prix de la destruction de Murs à Pêches ou d’espaces naturels.

Les Murs à Pêches sont nos Communs à Montreuil, inventons un mode de gestion innovant, qui mette à la même table les associations de défense du site, les habitants du quartier, les usagers du lieu, les collectivités et institutions publiques propriétaires de ce site exceptionnel.

Il est nécessaire que la ministre de la Transition écologique et solidaire constitue un comité de pilotage associant région, département, ville, habitants, usagers et associations, pour la gestion du projet EIF et l’avenir du site classé des murs à pêches.

Contact presse:

Fédération des Murs à Pêches – federationmursapeches@gmail.com

Pascal Mage – 06 98 95 88 57

 

* La fédération des Murs à pêches réunit 15 associations actives sur le site. Son objet principal est de promouvoir, développer et préserver le site dans son intégralité.

 

Pour un aperçu de l’historique de cette lutte, le communiqué de presse de 2018 est consultable ici

Chantier pour une parcelle publique, venez participer!

Dans le cadre du premier budget participatif, un chantier de restauration débutera le 11 octobre sur la parcelle du 77 rue Pierre de Montreuil. Afin de l’ouvrir au public, il s’agira de débroussailler les lieux et de restaurer un mur à pêches long de 90 mètres.

chantier participatif octobre 2017

photographie chantier en cours 16 Octobre

Dans cette perspective, la Ville de Montreuil et les associations LADOMIFA, Secours catholique et MAP pourront compter sur 5 salariés en insertion et deux encadrants techniques. Ces derniers travailleront quotidiennement sur le site jusqu’à la fin du mois de novembre.

Au programme : débroussaillage, broyage, tri de cailloux, maçonnerie, chaperonage…

Les volontaires sont les bienvenus !

Pour plus d’information pour participer au chantier et pour vous inscrire, merci de nous écrire sur : info@mursapeches.org.  Nous vous délivrerons les consignes,  nous vous prendrons une assurance individuelle et informerons des éléments de sécurité.

PS: Nous avons besoin de bénévoles vendredi 10 Novembre pour le broyage et enlèvement de la végétation.

Les actions du collectif Quatorze

  • Les Ateliers Cohésion d’Équipe
    Le collectif Quatorze, en partenariat avec la Koncepterie organise des activités de team-building via la création d’un catalogue d’actions à destination des entreprises locales. Celles-ci pourront contribuer à enrichir le projet de développement urbain des murs à pêches tout en créant du lien avec leur quartier, grâce aux interventions menées autour des murs (défrichage, concertation, réhabilitation, co-construction…) Participez à ce projet en tant qu’association ou en tant qu’entreprise ! Plus d’informations : contact@quatorze.cc

 

  • L’opération WeCo Phoenix dans les murs à Pêches
    La méthode WeCo, contraction de « Week end de Construction », est importée d’Amérique latine par le collectif Quatorze. Le principe est simple : un chantier bénévole sur quelques jours pour construire avec les habitants des bidons villes. L’idée n’est pas uniquement de rendre salubre un habitat précaire, c’est de créer du lien avec les bénéficiaires en amont et pendant l’opération, et de les former pour qu’ils sortent de la précarité de façon définitive.

Soudées pour le bien commun, quinze associations écrivent aux candidats.

Lettre ouverte aux candidat-e-s aux législatives dans la circonscription de Montreuil – Bagnolet

Madame, Monsieur,

Vous avez décidé de vous présenter devant les citoyens des villes de Montreuil et Bagnolet pour les représenter. Ces deux villes partagent une histoire, un patrimoine commun : celui des murs à pêches … Un modèle d’agriculture urbaine qui se développera et perdurera du XVIIIe au XXe siècle. Nos communes ont la chance de disposer, grâce à la lucidité des cultivateurs, à la fois de terrains où ce patrimoine est encore visible, mais aussi de collections historiques et de documents qui nous permettent de faire vivre une agriculture urbaine du XXIe siècle.

Depuis la disparition de la production, les associations ont pris le relais des cultivateurs pour faire vivre les parcelles abandonnées. Elles y ont restauré les murs, remis en culture les terres et ont développé des activités nouvelles à l’ambition d’éducation populaire : spectacle vivant, arts visuels, architecture, urbanisme, écologie, alimentation … C’est ainsi que se sont déployées, ici comme ailleurs, de nouvelles formes d’agriculture aux dimensions multiples. En témoignent les exemples de jardins d’insertion, familiaux, partagés, pédagogiques, mais aussi productifs, qui se sont développés en réinvestissant des terres abandonnées. Nos villes ne peuvent se passer de ces espaces d’expression et d’émancipation où les citoyens jardinent la ville et réinventent notre rapport à l’alimentation, à la nature et aux autres.

Nous observons depuis vingt ans que ce patrimoine est d’abord pensé par le politique comme une réserve foncière, afin de répondre au besoin de logements, d’équipements publics, d’infrastructures de transport. De plus, la contraction des financements, tant au niveau des collectivités territoriales que de l’Etat, condamne toute action publique d’ampleur pour ce patrimoine.

Pour ces raisons, les associations revendiquent depuis toujours la création d’une structure de gestion du site (GIP ou EPCC)* qui permette de mobiliser sur un socle de finances publiques des financements privés complémentaires : partenariat, mécénat, concession, prestations …

En tant qu’associations nous ne pouvons qu’apporter notre bonne volonté bénévole, nos compétences, nos collections historiques aussi. Mais hélas, cet engagement citoyen est vain s’il ne trouve pas de prolongement dans l’action publique. Il est urgent d’agir en responsabilité. Le politique ne peut pas avoir comme seule ambition de répondre aux besoins de logement, d’emploi ou de sécurité de nos concitoyens. Il est tout aussi essentiel de permettre à chacun de participer à la vie culturelle, sociale et économique du territoire.

Le site dit des Murs à Pêches ne peut continuer à être morcelé. Il doit garder l’intégrité de son territoire, indispensable au développement d’un projet qui doit désormais se matérialiser dans une structure de gestion, afin que son développement et son avenir ne dépendent plus exclusivement d’enjeux politiques locaux.

Nous voudrions connaître vos engagements pour le site des Murs à pêches, ainsi que sur l’appel à projet en cours « Inventons la métropole », qui morcelle une fois de plus ce patrimoine unique, dont la surface actuelle et la cohérence sont pourtant un gage de sa valeur. Les associations de la Fédération des Murs à Pêches et celles qui se joignent à ce courrier sont ouvertes à une rencontre.

Montreuil, le 1er mai 2017
Associations de la fédération :
Ecodrom, La Graffiterie, Le Fer à coudre, Le Sens de l’humus, Lez Arts dans les murs, Murs à Pêches, Oxymore, Racines en ville, RecupCrea, Société Régionale d’Horticulture de Montreuil, Théâtre de la girandole, TIGe.

Autres associations signataires :
Jardin de la Lune, Montreuil environnement, Rêve de Terre.


*Groupement d’Intérêt Public, Établissement Public de Coopération Culturelle

 

Télécharger le fichier : Lettre aux candidats aux législatives 2017

Conseil de quartier : assemblée plénière le 3 novembre

Le conseil de quartier Paul Signac, et les associations dont Murs à pêches ont envoyé une Lettre (lire en cliquant) à l’Adjoint au maire Mr LE CHEQUER, adjoint à l’aménagement durable, à l’urbanisme, en septembre 2015. Nous leur faisions part qu’il est vital qu’un projet global se structure témoignant de la vision de la ville pour ce territoire.

IMGP2930

Suite à ce courrier, Gaylord LE CHEQUER accompagné par Jean-Charles NEGRE, à qui une délégation spéciale sur les MAP qui lui a été confiée par le Maire était présent lors d’une réunion réunion le 2 octobre dernier (lire en cliquant) avec les conseils de quartier et les associations.

Il viendra rencontrer le Conseil de Quartier le 3 novembre prochain pour s’exprimer sur le sujet lors d’une assemblée plénière qui se tiendra à 20h, au centre Marcel Cachin, rue Claude Bernard.

N’hésitez à venir à l’assemblée et à prendre connaissance des documents, ils sont fort intéressants.

Noisy-Le-Sec se propose pour accueillir le garage à tramway

Le maire de Noisy-Le-Sec vient de nous informer de la délibération du conseil municipal : la ville de Noisy-Le-Sec est prête à accueillir le garage à tramway (SMR) sur son territoire, plutôt que sur le site des Murs à Pêches. La parcelle des Murs à Pêches en serait ainsi préservé, affaire à suivre.

Ci dessous la lettre du maire

SCAN0145



Michel Corajoud

Michel Corajoud est décédé récemment. Dans de telles circonstances, les convenances font taire les différends. Nous avons été  néanmoins surpris par une phrase élogieuse parue dans le bulletin de communication municipale « Les murs à pêches viennent de perdre un de leurs ardents défenseurs ».

Certes ce paysagiste  reconnu avait travaillé pour la Municipalité sur les murs à pêches. Il avait souligné que Montreuil s’était construit dans la trame des murs à pêches.

Puis sa position avait évolué en  1999, lorsque, répondant à une commande de la Municipalité, il avait conçu un lotissement de 232 pavillons au cœur des murs à pêches…, accompagné de 13 709 m2 d’habitations collectives, de 76 483 m2 d’activités, de 28 292 m2 de nouvelles voiries.

Il suffit de regarder le plan masse ci-dessous dudit projet, pour comprendre l’énormité de la chose.

Projet Municipalité de Montreuil 1999

Projet Municipalité de Montreuil 1999

C’est ce projet qui fait que l’association MAP avait initié sa demande de classement au titre des sites et paysage.

En conséquence, le Ministère de l’Environnement  avait pris une mesure d’urgence en 2001, c’est à dire une instance de classement, sur 16 hectares, débouchant sur le classement actuel en  2003 de 8 hectares 1/2, après une lutte épique, du fait de l’opposition des élus, du préfet et du soutien des fonctionnaires et des associations départementales.

Ce rectificatif étant fait, paix à son âme, et que ses réussites par ailleurs perdurent.