Archive for the 'Pollution des sols' Category

Les Murs à Pêches, cités en conseil de défense écologique! Les propositions et les questions de la Fédération des Murs à Pêches*

1573832525.jpg

Lors du précédent conseil de défense écologique, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé la fin du projet EuropaCity et un vaste plan de lutte contre l’artificialisation des terres et la renaturation. Nous la félicitons pour cette initiative. Solidaire de la lutte contre le projet EuropaCity, la Fédération des Murs à Pêches s’associe à la proposition du projet CARMA, une Coopérative pour une ambition Agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir, véritable alternative à l’urbanisation du Triangle de Gonesse.

Dans la suite de cette décision, la ministre indique un vaste plan d’utilisation des friches urbaines, afin de ne plus artificialiser de nouvelles terres ou de renaturer des espaces inaccessibles. Un projet d’un hectare est mentionné dans les Murs à Pêches.

Selon toutes vraisemblances, il s’agit du projet dit EIF, projet qui concerne la cession d’une parcelle publique (appartenant à l’Etat, à la Région Ile De France via l’EPFIF, au Département de Seine Saint-Denis et à la Ville de Montreuil) à un promoteur privé. Ce projet concerne aussi la “dépollution” d’une

parcelle d’un hectare, la requalification d’une ancienne usine, la création d’un jardin partagé, et la construction de bureaux et de logements sur des parcelles du quartier des Murs à Pêches, en limite du site classé paysage par le ministère de l’environnement.

Dans ce cadre, nous demandons des clarifications à la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Madame Elisabeth Borne, s’il s’agit du projet EIF, comment pouvez-vous qualifier ce projet d’expérimentation de lutte contre l’artificialisation des terres? Quand nous souhaitons la renaturation de ce site, la filiale de Bouygue qui a remporté l’appel à projet du Grand Paris, propose la construction de logements dans les Murs à Pêches. Qu’en est-il ?

La Seine Saint-Denis, vicitme de pollution industrielle répétée, a fait les frais de mésaventures dans le traitement de ce type de site. Un rapport récent concernant la pollution présente dans les sols existe. Nous devrions l’avoir dans nos mains. Nous apprenons que les résidents de l’usine EIF (principalement des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire) sont fermement invités à quitter prochainement les lieux. Pour quelle raison? Doivent-ils partir à cause des travaux de dépollution qui pourraient être dangereux, et est-ce que cette dépollution ne risque pas de contaminer le quartier entier? Aux dernières nouvelles, la préfecture avait demandé une étude environnementale d’impact avant d’engager des travaux. Qu’en est-il ?

 

Le pire serait que cette stratégie de l’Etat, qui a pour objectif de préserver les sols de l’étalement urbain, soit dévoyée pour financer des projets immobiliers destructeurs, ou pire encore, financer par l’argent public des travaux de dépollution qui devraient être à la charge des acteurs privés concernés. Et il semble malheureusement que le projet EIF entre dans ces deux cas de dévoiement possible !

La Fédération des Murs à Pêches rappelle son désir de construire un projet alternatif qui préserve la pleine terre et fasse la promotion de la nature en ville, au profit de tous!

Nous luttons contre toute artificialisation des terres ainsi que contre la privatisation de notre patrimoine naturel et historique. Nous appelons de nos voeux la dépollution et la renaturation du site, mais cela ne doit pas se faire au prix de la destruction de Murs à Pêches ou d’espaces naturels.

Les Murs à Pêches sont nos Communs à Montreuil, inventons un mode de gestion innovant, qui mette à la même table les associations de défense du site, les habitants du quartier, les usagers du lieu, les collectivités et institutions publiques propriétaires de ce site exceptionnel.

Il est nécessaire que la ministre de la Transition écologique et solidaire constitue un comité de pilotage associant région, département, ville, habitants, usagers et associations, pour la gestion du projet EIF et l’avenir du site classé des murs à pêches.

Contact presse:

Fédération des Murs à Pêches – federationmursapeches@gmail.com

Pascal Mage – 06 98 95 88 57

 

* La fédération des Murs à pêches réunit 15 associations actives sur le site. Son objet principal est de promouvoir, développer et préserver le site dans son intégralité.

 

Pour un aperçu de l’historique de cette lutte, le communiqué de presse de 2018 est consultable ici

La bonne recette pour un quatre-quart réussi

Pour faire des Murs à pêches une fête permanente, un savoureux repas collectif, un goûteux dessert au miel, ce n’est pas compliqué pour un sou. Il faut et il suffit de savoir cuisiner. Et d’avoir une recette éprouvée. Vous avez de la chance, notre association est un maître queux comme vous n’en trouverez pas deux à Montreuil.

Pour commencer, amis lecteurs, il faut confectionner une sorte de bouillabaisse. Prenez une histoire longue, un lieu unique, des savoir-faire particuliers, un paysage. Laissez périr de longues années, envahissez avec des grandes tours, des bretelles d’autoroute, des zones industrielles. Retranchez quelques restes de parcellaire, de variétés horticoles, de connaisseurs derrière des murs, autrefois producteurs, maintenant protecteurs.

Ensuite, oubliez quelque temps. Laissez venir la nature, les grands arbres, de nouvelles gens, des  habitants, des promeneurs, des poètes, des jardiniers, des militants. Installez des projets, cultivez des conflits d’idées et d’usage. Faites chauffer à feu doux pendant un bon moment…

Puis ajoutez :
Un quart de laisser faire. Attention, ne pas toucher ! Surtout, laissez libre cours à la nature – pour honorer la friche, laisser un espace d’abandon propice au rêve et aux possibles, et encourager la biodiversité. La biodiversité, ce n’est pas seulement l’Amazonie, savez-vous ?
Un quart de professionnels horticoles, d’agriculteurs, d’arboriculteurs – pour faire revivre les savoir-faire des vergers et développer une agriculture de qualité et de proximité. Bien sûr, chemin faisant, il faudra s’attaquer à la pollution des sols, qui est aujourd’hui un grave problème des murs à pêches. Mais on y arrivera. Sûr.

Un quart de jardiniers amateurs, passionnés, expérimentés, débutants, innovants – pour créer et entretenir des jardins de toutes sortes à partager. Vous avez déjà passé une vie à regarder pousser des fruits et des légumes ? C’est si bon qu’on ne peut bientôt plus s’en passer.
Un quart d’artistes, de musiciens, de troupes de théâtre, de conteurs, danseurs, plasticiens – pour ouvrir à toutes les cultures et à la convivialité. Si vous ne connaissez pas encore l’association Les Léz’arts dans les murs, franchement, on vous plaint. Mais rien n’est perdu !

Vous y êtes ? Vous avez tout fait dans le bon ordre ? Alors vous voilà riches d’une vie que vous n’aviez fait que rêver. Les murs sont à vous ! Inventez de nouvelles collaborations, laissez vivre ensemble tout ceux qui savent respecter l’espace du voisin. Vous voilà avec un quartier des murs à pêches où il fait bon vivre, flâner, jardiner, chanter… et plus si affinités.

Le présent billet a été publié initialement le 23 janvier 2009

Enfin un premier débat!

Rien n’est ficelé, sauf que tout est écrit….. ( Le dossier déposé par la municipalité à la région comporte 160 pages, voir les 3 pages extraites jointes au billet https://mursapeches.wordpress.com/2010/03/24/le-projet-politique-de-mme-voynet-sacrifier-les-murs-a-peches/ ).

Allez, allons au débat organisé par Montreuil Vraiment ( l’association politique de la majorité municipale).

Il faut souhaiter qu’il soit le premier d’une série.

L’un des protagonistes du débat est Fabrice Nicolino qui a signé sur ce présent blog  « Madame Voynet et la nouvelle bibliothèque François Mitterrand » : https://mursapeches.wordpress.com/2010/03/30/madame-voynet-et-la-nouvelle-bibliotheque-francois-mitterrand/

Ici Invitation de Montreuil Vraiment.

Ici la vision de l’association concernant l’avenir des Murs à pêches.https://mursapeches.wordpress.com/2010/03/23/la-bonne-recette-pour-un-quatre-quart-reussi/

Ici l’analyse de Jean Kuypers, qui a travaillé au classement du site.https://mursapeches.wordpress.com/2010/04/13/central-park-a-montreuil/

Alors, venez mardi pour le plaisir d’écouter et d’entendre les arguments, et peut-être pour donner les vôtres?

Tournage TF1…

Dimanche dernier, Sebastien Spitzer de TF1 a tourné un reportage sur les jardins collectifs et leur éventuelle contamination aux métaux lourds. Il voulait voir comment certaines mesures de précaution ont pu être mises en oeuvre.

Pour nous, c’était l’occasion de trier le grand tas de pierres et de goûter les délicieux confitures de rhubarbe, églantine et sureau fait avec l’amour par Evelyne!


2 chantiers! Venez participer!

Programme des 2 prochains dimanches

Savez-vous que les sols des murs à pêches contiennent des traces de métaux lourds?

Cuivre, zinc dues aux pratiques de traitement notamment de la cloque du pêcher.

Plomb, cadmium, mercure, dues à l’utilisation au XIX et XX siècles des gadoues de Paris pour amender le sol.

Nous avons saisie la Municipalité et la Driaf ( direction de l’agriculture d’Ile de France) en avril 2008 de cette problématique, après avoir procédé à 10 sondages de sols sur le site. La Driaf  a fait des prélèvements sur les végétaux, les légumes à feuilles et à racines, ils sont parfois impropres à la consommation du fait de la présence de plomb supérieur au norme en vigueur. ( voir la rubrique documents du Blog).

De ce fait, nous conseillons à nos jardiniers de cultiver des fleurs et des légumes à fruit.

Christine et Joseph , ont depuis peu de temps, un micro-potager ont
décidé de partir à zéro !
Les sols étant contaminés, ils désirent donc retirer la terre et la
remplacer par une terre saine achetée .
Profitons de ce démarrage, pour faire plus de surface que ce seul
micro-potager ! peut être 20 , 25  m2 ?
C’est (il nous semble ) une expérience intéressante  a mener a plus d’un
titre :
-Pour l’obtention de cultures consommables  sans appréhension  .
-Pour dynamiser les adhérents et les futurs adhérents .
-Pour communiquer nos intentions par l’intermédiaire du blog MAP .
Durée des travaux :5 mois maximum  , ainsi au début du printemps , nous
pourrons semer , planter sur un sol nouveau .
Calendrier des travaux : tous les 15 jours , piochage et décapage  du
terrain sur 0.30m minimum de profondeur .Premier chantier ce dimanche à 14h30

Concernant le deuxième chantier.

Il s’agit de maçonnerie alors que les murs à pêches continuent de tomber, et qu’il n’y a malheureusement aucune action concrète des instances publiques, en premier lieu de la municipalité, bien que ce soit un patrimoine classé!

Le dimanche 8 novembre, sous la conduite de Xavier, ( tailleur de pierre en formation), avec l’assistance de Laurent (architecte),et de Jocelyn  (charpentier), nous continuerons la reprise du chaperon de la « costière en dehors ».

A l’ordre du jour coffrage et coulage.

Le RDV à 9H30 dimanche 8 novembre.

Votre présence est la bienvenue à ces 2 activités, pour plus de renseignements, vous pouvez me contacter au 0698958857

Pascal Mage

Une piscine de plus est-elle une bonne idée ?

J’aimerais furieusement me tromper, mais j’ai dans l’idée que la ville s’apprête à faire une grosse sottise. Or cette ville, c’est la mienne. La vôtre, peut-être.

De quoi s’agit-il ? D’un projet de piscine prévu, en l’état du dossier, dans le périmètre de notre cher quartier des murs à pêches. Pour l’heure, on ne sait pas grand chose. La piscine pourrait être bâtie à l’emplacement du foyer de La Nouvelle France. Et nécessiter un parking d’une très grande surface. Où mettrait-on tout cela ? Mystère.

Oh, bien entendu, le projet serait écologique. Hum. Il y aurait en fait deux piscines. L’une tout à fait ordinaire. Et l’autre, extérieure, dotée de roseaux et peut-être – peut-être – dépourvue de traitements chimiques.

Je vais vous dire : cette deuxième installation pourrait bien être le paravent « acceptable », écologiquement correct, de la première. Car la vraie grande piscine serait à coup sûr celle qui pollue et gâche d’invraisemblables quantités d’une eau pourtant précieuse.

La mairie prétend qu’un tel équipement est nécessaire dans le haut Montreuil, et que la piscine du bas serait saturée. Je demande à voir les chiffres, et à regarder de près. Au reste, qui peut prétendre de bonne foi qu’un investissement aussi important est vraiment une priorité pour le haut Montreuil ? La mairie dispose-t-elle d’éléments qu’elle ne publie pas ? J’en doute fort, mais je suis prêt à être démenti.

Autre point important : la très « éventuelle » demande sociale de piscine ne doit pas, ne peut plus être pensée à l’échelle communale. Mais au contraire mutualisée au plan départemental. On parle par exemple d’une base de loisirs à Romainville. La réflexion s’arrêterait-elle aux frontières de Montreuil ? Cette manière de concevoir l’avenir est inquiétante. Désordonnée. Impensée, si l’on m’autorise ce néologisme.

Il y a encore pire, du moins pour une municipalité écologiste. L’usage de l’eau est en train de changer à une vitesse vertigineuse. On parle depuis quelques années du pic de Hubbert à propos du pétrole, qui marque le point culminant de son extraction. De nombreux spécialistes évoquent aujourd’hui le Peak Water, le pic de l’eau. Nous allons vers un monde où nous devrons concevoir l’eau comme une richesse et une rareté.

Autrement dit, penser son utilisation sous la forme d’une piscine coûteuse et polluante est une pure et simple ringardise. Qu’on ouvre plutôt le débat sur la limitation organisée et volontaire de la consommation d’eau ! Des villes comme Lorient ont réussi dans ce domaine des miracles, au profit de ses habitants les plus pauvres. Ouvrons la discussion !

Et posons les vrais problèmes de l’eau aux murs à pêche. Quand va-t-on rouvrir le ru Gobétue au regard des promeneurs et à leur plaisir ? Quand va-t-on lancer un chantier de dépollution de la nappe phréatique qui court sous les murs, et qui est si gravement polluée ?

Je me répète, et ce n’est pas la dernière fois : où est le débat ?

Fabrice Nicolino

 

PS : Le journal Le Monde daté du 6 février 2009 évoque la question du “pic de l’eau” sous le titre : « Utiliser plus intelligemment chaque goutte d’eau » (ici)

Travaux

Alors, nous continuons nos travaux au jardin.

Ce dimanche 22 novembre avec Joseph, nous enlèverons la terre végétale polluée du potager, rendez-vous à 14H30.

Le dimanche 6 Décembre à 14h30 avec Florent nous déplacerons le tas de pierre (actuellement à gauche de la friche fleurie) à l’arrière plan de la friche fleurie (il y a une bande de béton de 30-40 cm); cela permettra de cacher une partie du mur en béton du voisin très moche mais surtout de récupérer de la place pour la friche fleurie.

Cher lecteur, soyez le bienvenu pour nous aider dans ces travaux.

Pour tous renseignements

Pascal Mage 0698958857 /0148702380